Communiqué du MAAF sur les Rencontres

Beau succès d'après les participants aux "Rencontres de l'innovation pédagogique dans l'enseignement agricole".

"Les ateliers étaient franchement très bien !" s'enthousiasme Sébastien Vial, directeur adjoint de l'EPL de Seine Maritime (Yvetot), à la fin de la première journée. "En établissement, on a souvent du mal à voir la qualité de ce qu'on fait. La théorie de ce matin a permis de prendre du recul et de la hauteur, et la pratique de cet après midi était très concrète. Ça montre ce qui est fait dans d'autres établissements et qu'on fait sans doute nous aussi mais sans forcément nous en rendre compte. Ça fait du bien de sortir des établissements, de nous confronter à ce que font les autres, de prendre de l'inspiration !" souligne-t-il.

Ne pas rester entre nous

Un autre avis proche, parmi plusieurs favorables, celui de Catherine Bielli (SRFD d'Aquitaine) : "La journée a été très utile : elle a montré les points forts et les points faibles de notre enseignement. Les deux interventions de la matinée étaient particulièrement intéressantes (un ancien recteur et un maître de conférences en sciences de l'éducation - ndlr). Elles ont permis de ne pas rester entre nous. Quand on voit un témoignage extérieur, soit on se reconnaît, soit on se différencie, mais ça permet toujours de se situer".

Le grand objectif des organisateurs : relancer un processus d'innovation pédagogique dont l'enseignement agricole n'est en général pas avare. En effet, face aux nombreux enjeux de société auxquels l'enseignement est en permanence confronté, cette innovation est plus que jamais nécessaire.

"L'enseignement agricole a toujours été pionnier en pédagogie", souligne Mireille Riou Canals en soulignant ses excellents résultats en matière de taux de réussite aux examens ( + de 84% tous diplômes confondus en 2014 pour l'enseignement technique) et -d'insertion professionnelle ( taux net d'emploi de plus de 85,5% à 33 mois).  La sociologie des élèves est de plus en plus diversifiée. Il faut que la pédagogie s'adapte aux besoins. Nous sommes confrontés à des risques de décrochage et c'est la raison pour laquelle nous avons mis en place "l'ancrochage", pour éviter que des apprenants interrompent leurs formations et les prendre en charge au mieux (...) Dans l'innovation pédagogique nous cherchons notamment à intégrer au mieux le numérique. Cela demande une démarche construite : c'est l'élément naturel des jeunes mais ils n'en utilisent qu'une partie et nous devons leur apprendre à structurer l'usage qui peut en être fait".

L'apprentissage du "bien-vivre ensemble" est un élément important des évolutions pédagogiques, dans la scolarité, par l'engagement dans des démarches collectives, l'apprentissage de la vie citoyenne, à trouver sa place dans la société...

Le plaisir d'enseigner

Quelques réflexions et questions glanées au cours de la journée : "Il faut que les enseignants retrouvent le plaisir d'enseigner" ; "Nous devons veiller à ce que le système n'écrase pas les initiatives" ; "On s'autorise la créativité quand on se sent soutenu" ; "Comment identifier les freins à l'innovation ?" ; "Comment donner envie d'être force de proposition ?" "Quel rôle donner aux jeunes dans le processus d'innovation ?".

Une intervenante souligne notamment  le statut de l'erreur" : il ne faut pas dévaloriser son auteur si l'innovation ne fonctionne pas. Ce n'est pas grave et c'est même normal : si on n'accepte pas de partir sur une mauvaise piste on ne fait rien... En revanche il faut évaluer (pas sanctionner) pour savoir ce qu'il est intéressant de garder, et c'est un rôle important du Comité d'expertise.

Favoriser un terreau créatif

Les comparaisons-confrontations très présentes pendant tout l'évènement, en interne comme hors de l'enseignement agricole, étaient une des raisons de l'organisation des Rencontres. Leur objectif ? Favoriser un terreau créatif, " initier une démarche " comme indiqué par Michel Fayol, président du comité d'experts...  en écho à la demande du ministre de répondre aux nouveaux défis : "mixité des publics, orientation scolaire et professionnelle, enseignement des valeurs de la République, le "vivre ensemble"... ". "Aujourd'hui, comme hier, il est tout à fait nécessaire pour nos équipes pédagogiques et nos équipes de direction de conserver un esprit innovant".

Le message du ministre a également souligné son souhait "d'engager l'enseignement agricole dans une démarche de dynamisation et de valorisation de l'innovation pédagogique. Il s'agit d'encourager l'innovation dans les réformes et les projets, de niveau national ou local, et de communiquer sur les innovations "émergentes" pour favoriser leur diffusion".

Pour Hervé Savy, doyen de l'inspection de l'enseignement agricole, "une nouvelle conjonction dynamique du changement est certainement possible." La période est favorable à l'innovation. De nombreux éléments sont en jeu : la modification du modèle productif agricole, de l'exploitation en particulier, avec le "produire autrement" ; l'évolution des systèmes d'enseignement et de formation professionnelle ; l'hétérogénéité croissante des publics ; la diversification des métiers ; le cadre européen ; les évolutions mondiales ; le développement du numérique éducatif...

"Cette rencontre va nous donner les moyens d'aller plus loin" souligne Mireille Riou Canals, "Notre objectif commun est vraiment de faire réussir les apprenants. L 'innovation va nous permettre d'aller chercher la performance supplémentaire pour que ceux qui ont du mal à réussir y parviennent, pour emmener nos élèves "plus loin". Nous sommes simplement au début de l'exercice". S'adressant aux enseignants :  Vous avez du travail à faire, nous ne pouvons pas le faire à votre place. C'est aux acteurs qu'appartient l'initiative".

Article paru le 11 juin 2015
dans l'Intranet du MAAF
(Accès restreint)

Dernière mise à jour le 19 novembre 2015