Enseignants et formateurs d'EPLEFPA

Stages en entreprise

Origine du dispositif

Il est apparu, aux yeux des professionnels comme des enseignants, que le rapprochement du monde économique et du monde de l'éducation pouvait passer par le renforcement de stages en entreprise en mobilisant les professionnels et en se dotant d'outils adaptés et harmonisés, notamment juridiques, pour les développer.
Un texte a été publié dans ce sens en concertation avec de très nombreux acteurs, pour inciter les autorités académiques, les établissements, les enseignants, formateurs et les professionnels à multiplier les occasions de stage.
Ce texte concerne aussi bien les titulaires que les contractuels, y compris ceux rémunérés sur le budget de l'établissement.
L'accès à des stages en entreprise doit être facilité pour les enseignants ou pour les formateurs de l'enseignement et de la formation professionnelle agricoles publics, qu'ils soient titulaires ou contractuels (y compris les contractuels rémunérés sur le budget des établissements), quelle que soit la voie de formation dans laquelle ils exercent (scolaire, apprentissage, formation professionnelle continue) et quelle que soit la discipline (générale ou technique) qu'ils enseignent. Les stages en entreprise ont un caractère obligatoire pour les formateurs en CFA " au moment de l'accès à la fonction d'enseignant, puis tous les cinq ans " conformément aux dispositions des articles L6233-3 et R6233-57 du code du travail.

Objectifs généraux

  • favoriser les partenariats,
  • permettre aux enseignants d'approfondir leurs pratiques pédagogiques,
  • permettre aux acteurs de l'entreprise d'avoir une meilleure connaissance des exigences, compétences et conditions d'évaluation liées aux diplômes préparés,
  • diversifier les parcours de formation des personnels.

Cadre juridique

Il est harmonisé par le biais d'une convention-type, qui peut être enrichie au niveau local, dans la limite cependant de certaines contraintes liées aux droits et obligations de chacun : établissement, stagiaire, entreprise. L'enseignant ou formateur reste juridiquement rattaché pendant la période de stage à son établissement d'affectation ou à l'établissement qui l'emploie. La convention ne peut en aucun cas modifier les réglementations en vigueur, notamment celles relatives au statut ou au contrat des agents.
La convention est visée du DRAAF ou de son représentant, sauf pour les stages concernant des ACB et ne donnant lieu à aucune prise en charge financière de l'Etat.
A la convention sont annexés les objectifs du stage et conditions de son déroulement.
Le stage lui-même est une modalité spécifique de formation, qui s'inscrit, dans son fonctionnement et dans sa prise en charge dans le droit commun de la formation professionnelle continue des agents concernés.

Organisation pédagogique et matérielle du stage

Les objectifs du stage sont négociés localement entre l'enseignant ou le formateur, l'entreprise, l'établissement et l'autorité académique.

Il pourra s'agir, sur une durée de deux jours à plusieurs semaines, par exemple :

  • de découvrir l'organisation d'une entreprise,
  • d'analyser un milieu professionnel et ses évolutions,
  • de préparer des ressources, projets, actions pédagogiques en lien avec la filière d'une entreprise,
  • d'approfondir les savoirs et compétences liés à un champ professionnel,
  • d'étudier de nouvelles pratiques et d'y participer,
  • de participer à la mise en place et au suivi d'une expérimentation, etc...

Sauf cas très exceptionnel, le DIF ne pourra être mobilisé.

Les stages seront inscrits dans SAFO selon les procédures en vigueur.

Bilan des stages

Chaque stage donne lieu à un bilan du stagiaire, qui peut être complété par une appréciation de l'entreprise sur les bénéfices qu'elle a retirés du stage.

MAAF - DGER
1 ter avenue de Lowendal, 75700 Paris 07 SP

  • M'alerter
  • J'aime (0)
  • Marquer cette page

Dernière mise à jour le 19 février 2014